23 novembre 2016

La Trève, 2016

La Trève, 2016
Une série créée par Matthieu Donck, Benjamin d'Aoust et Stephane Bergmans
1 saison de 10 épisodes
Avec : Yoann Blanc, Guillaume Kerbusch, Jasmina Douieb, Anne Coesens, Jérémie Zagba, Sophie Breyer...



Produite intégralement en Belgique pour la RTBF, La Trève est une excellente série policière, rafraîchissante par ses audaces et le soin accordé à tous les niveaux de fabrication (écriture, interprétation, réalisation). Elle a été diffusée cette année sur France 2, selon ce principe toujours aussi décourageant de soirées de trois épisodes à la suite, imposant par conséquent un visionnage en replay. 

Alors oui, le générique apparaît comme un joli plagiat de celui de True detective. Oui, l'atmosphère froide et angoissante de petite ville confinée au milieu des pins, ainsi que le rythme cotonneux sur lequel se déroule l'histoire rappellent Les Revenants. Et oui encore, le pittoresque du commissariat aux murs en lambris éveille le souvenir de Twin peaks. Mais le projet qui nous est proposé au final mérite mieux que ces faciles renvois, et on a connu des références moins dignes. Les images et paysages des Ardennes sont splendides, régulièrement magnifiés par de fascinants plans aériens. La mise en scène attentionnée et élégante de Matthieu Donck — cocréateur qui signe tous les épisodes de cette saison — ainsi que la qualité générale de l'interprétation servent ici un scénario qui se révèle formidablement malin et prenant. 


Le déroulement du récit joue de façon très efficace avec les nerfs du spectateur en lui balançant régulièrement sa dose de rebondissements et de cliffhangers, d'autant plus que tout le récit s'inscrit dans une narration à rebours dont on découvrira tardivement la raison d'être. Les auteurs nous font alternativement partager les points de vue des uns et des autres, laissant dans l'ombre ce qu'il faut pour faire jouer notre capacité à anticiper. Les personnages ne sont pas trop caricaturaux, pratiquement tous menant un double jeu, et la plupart se révèleront même très attachants, la série sachant doser avec justesse séquences dramatiques et touches d'humour.


L'enquête proprement dite assemble sous nos yeux les pièces d'un puzzle macabre, qui révèle progressivement un petit côté mécanique. En effet, on va en gros constater que chaque personnage a sa part de responsabilité (plus précisément de culpabilité). Mais au lieu d'aboutir à quelque chose de véritablement artificiel, ce procédé offre au contraire quelque chose de stimulant, le suspense étant maintenu jusqu'au bout, et chacun étant invité à renouveler ses hypothèses. Et c'est vraiment passionnant de voir comment chaque petite histoire s'imbrique petit à petit dans le tableau général, dressant un portrait assez désespéré des liens tissés au sein de cette petite communauté humaine. Il y a une vraie prouesse d'écriture là-dedans. Partant de là, il est évident que la révélation finale sera inévitablement décevante, mais le voyage aura été suffisamment captivant pour que l'on ne s'appesantisse pas trop sur cet ultime reproche, qui me semble être le lot de bien des polars.

Aucun commentaire: